Le Parti Socialiste dénonce une rentrée improvisée dans le 92 -

Le Parti Socialiste dénonce une rentrée improvisée dans le 92

Le Parti Socialiste dénonce une rentrée improvisée dans le 92

Le Ministre Jean-Michel Blanquer voulait une rentrée en fanfare dans l’éducation, ce fut la cacophonie dans les Hauts de Seine.

 

Malgré l’arrivée de 1 000 élèves supplémentaires, ni le département (en charge des collèges) ni la Région (en charge des lycées) n’ont anticipé cette hausse des effectifs. Ainsi le PS 92 soutient la mobilisation des professeurs, parents d’élèves et élèves du collège Gay Lussac de Colombes qui dénoncent la hausse des effectifs par classe dès la 6e, et regrette amèrement que les élèves du lycée Juliot Curie de Nanterre n’aient pu être accueillis le 4 septembre, faute à un manque de concertation entre la Région et les équipes pédagogiques. Nous serons attentifs à toutes les difficultés qui pourraient survenir dans tous les établissements du département.

De plus, la fin de la semaine de 4 jours et demi à l’école primaire s’est faite sans aucune concertation dans les villes de Colombes et Courbevoie, mettant dans la difficulté nombre de parents d’élèves et d’associations dévouées pour le développement culturel de l’enfant.

Enfin le PS 92 regrette la fin des emplois aidés dans l’Education nationale ce qui entraine la baisse drastique d’Assistants Vie Scolaire qui accompagnent pourtant des élèves handicapés pour la prise de notes et la compréhension des enseignements.

Nous dénonçons les mesures qui imposent aux étudiants de notre département, comme ailleurs, une rentrée difficile, notamment la baisse des APL ou l’augmentation du coût des transports décidée par la droite régionale. Face à la hausse du nombre d’étudiants, nous mettons en garde contre toute forme de sélection à l’entrée des universités et serons vigilants pour que le principe d’égalité des chances soit préservé.

Javier Garcia Secrétaire Fédéral à l’Éducation
Xavier Iacovelli Premier Secrétaire Fédéral